• Le morne vert est une petite commune du nord caraïbe un peu en hauteur (ou en retrait) par rapport aux autres communes.
    Elle se caractérise par ce massif montagneu verdoyant qui la surplombe.
    Cette commune n'a pas d'histoire particulière, mais saura séduire par son atout de forêt tropicale avec ses chantiers, ses sources et points de vues. 


    votre commentaire

  • Voici une initiative que je trouve intéressante de faire partager à mes compatritotes mais aussi à tout ceux qui ne connaissent pas une des anciennes histoire de la Martinique.
    Ce film de  15 minutes retrace la traite négrière dit : commerce triangulaire.

    Si vous avez un peu de temps tapez* dans l'onglet recherche (à gauche) pour voir d'autres pages de ce blog :

    * Le diamant - anse caffard ( confirme la vidéo ci-dessus, parle de la traite négrière)
    * l'abolition de l'esclavage ( dit comment s'est fait l'abolition en Martinique)
    * Une palette de couleur entre balnc et noir (parle un peu de la société Martiniquaise fondée sur le racisme sociale.)

    Fait nous aussi partager ton opinion en laissant un commentaire.


    votre commentaire
  • Tombeau des caraïbes dit tombeau des rebelles..

    Sur la route qui mene á la ville du Precheur en quittant la ville de saint Pierre, vous aurez l'occasion de croiser ce rocher paint en blanc.
    C'est un mémorial pour nous rappeler que la Martinique fut habitée par un peuple : "les caraibes" et que ce peuple disparu de maniere tragique.

    Sur le site un peu autour de ce rocher vous pourez appercevoir dans un premier temps des poteaux blancs avec des tetes (visages)  scultées. sur ces poteaux on peut lire des pensées dediées aux differentes commune de la Martinique. (l'auteur est madame Chantale Hippocrate, artiste sculpteur).

    Ci-dessous, les citations de Chantale Hippocrate

    La liberté ne rend libre que si elle se situe á l'intérieur de l'etre.

    1.Morne vert
    : Temps, j'ai pansé les souvenirs de tes souffrances.
    2.Francois : Liberté, qu'est ce que la victoire, il y a point de lutte.
    3.Marigot : Cri, douleur gardien de la mémoire.
    4.Vauclin : Dernier départ, je ne suis pas parti, j'ai juste continué ma route.
    5. Sainte Luce : Lueur, espoir gardien de conscience.
    6. Trinité : Personne, je suis l'homme aux mille visages.
    7. Robert : Promesse, qui me porte vers l'infini déjá fini.
    8. Carbet : Conviction, je me suis battu pour libérer la liberté qui est en moi.
    9. Saint Joseph : Poussiere, je me suis mesuré au temps.
    10. Marin : Regard, chemin faisant j'ai pénétré ma raison d'etre.
    11. Diamant : la rebelle, ma mémoire á survécu ton Ame est libre.
    12. Lorrain : Prétention, sans raison
    13. Ducos : la guerriere, je suis douleur qui te mene vers la victoire.
    14. Belle fontaine : Conscience, les secondes de l'éternité son dans ton présent, vis ta vie.
    15. Sainte Marie : je ne suis pas seul, je suis solitaire
    16. Fort-de-France : Identité, je suis... le temps qui me mene á ma raison d'etre.
    17. Ajoupa Bouillon : souffrance, pardon d'avoir blessé ta mémoire.
    18. Précheur : mes vérités, les souffrances sont réelles, les joies éphémeres.
    19. Bassa Pointe : Mon présent, j'ai souffert sois libre.
    20. Sainte Anne : Mémoire, la pensée vient á moi et demeure en moi.
    21. Schoelcher : j'ai vu l'infini
    22. Riviere Pilote : Ma destinée est volontaire
    23. Trois Ilets : Force, le meme homme est bon, le meme homme est mauvais.
    24. Lamentin : Destination, je vais oú me porte le vent
    25. Grand Riviere : Fin, á l'infini j'ai trouvé la route.
    26. Morne Rouge : Profondeur, j'ai rencontré l'abscence.
    27. Case Pilote : Cent temps, un murmure d'age qui murmure dans l'infini.
    28. Sainte Esprit : Pardon, un don qui se partage.
    29. Saint Pierre : Avenir, l'avenir se nourrit du présent de mon passé.
    30. Fond saint Denis : Conscience sans entraves, les chaines ne peuvent pas enchainer la liberté.
    31 .Gros Morne : Souvenir, je porte en moi un monde de mystere.

    Il reste 3 poteaux sans citations... Fraudra peut-etre demander á chantale Hippocrate, le pourquoi .
    J'espere que cette petite lecture vous a fait du bien á l'ame.
    Si vous aimez, partagez le avec vos proches.


    9 commentaires
  •  

    La Caraîbe, c’est la rencontre de la diversité en matière de couleur de peau. Une diversité qui est née d’une souffrance ou d’injustice suite à l’esclavage.

     

    Anciennement, (après l’esclavage)

     La couleur de peau était un critère facilitant l’accès à l’emploi. Si on était blanc ou si on se rapprochait de la couleur blanche alors on se retrouvait en haut de la pyramide sociale.  Si  on était noir et plus on l’était, alors on se retrouvait au pied de celle-ci.

     

    Bien entendu que c’est du racisme, appelons un chat un chat. Ce genre de catégorisation fut l’idée de ces chers Békés (descendant d’esclavagiste).  Toutes ces appellations ou distinctions de caste (à connotation péjorative dans le temps)  fut seulement dans le but de faire ressortir les différences afin de mieux distinguer ou discriminer.

     

    -         Mulâtre (H) ou Mulâtresse (F) : issu d’une union mixte entre le noir et le blanc

    -         Câpre (H) ou Câpresse (F) : union entre un mulâtre et un noir

    -         Chabin (H) ou Chabine (F) : union de parents claires de peau et/ou de parents noir – c’est le résultat d’un métissage ancien. (sont réputés être agressifs)

    -         Coulis : union avec un indien  (cela depuis les dernières vagues d’immigration) 

     

    Ne soyez donc pas étonné si vous entendez ces mots lors de votre séjour. Des expressions anciennement péjoratives qui actuellement font partie de la culture antillaise. Certains sont restés dénigrantes voire insultantes pour les castes qu’elles identifient comme par exemple « COULIS ». D’autres ont quittés la connotation péjorative au profit d'une autre, plutôt affective comme par exemple : Chabin, Chabine, nègre (Cela à cause du processus de  créolisation)

     

    Il existe encore d’autre terme que l’on entend moins voire pas, mais j’ai préféré vous parler des plus répandus à l’heure actuelle. Le mot : Câpre – Câpresse est en vois de disparition- on l’entend plus souvent  dans les campagnes.

      

    Aujourd’hui,

    Si aux Antilles, si il y a autant de métissage se rapprochant du blanc que du noir, c’est à cause de toute cette histoire de réussite sociale et de dénigrement. Alors, les parents se sont donc mélangés aux métropolitains  (blancs de la métropole -France).

    La Génération actuelle à encore ces stigmates au plus profond de leur être et réagissent pour la plus part comme les anciens.  Pas étonnant que vous entendez encore des petites expressions montrant une certaine fierté d’être plus claire de peau ainsi que pour les traits fin du visage et le type de cheveux se rapprochant du blanc.

     

    -         Mwen ni an ti coulè wayayay ! (j’ai une couleur de peau plus claire)

    -         Ba mwen sové lapo ich mwen ! (laissez moi sauver la peau de mon enfant)

    -         An ti coulè chapé (une petite couleur échappée – échappée du noir..)

    -         Chapé couli (fait référence au type de cheveux ou de poile comme les indiens)

    -         Etc..

     

    Le Béké qui à aussi une grosse part de responsabilité dans cette affaire fut aussi à l’origine de ce métissage. Car bien qu’interdisant la copulation entre les ethnies, il ne se gênait pas pour violer quelques esclaves, ce qui donna naissance aux premiers mulâtres. Dit aussi Béké griyave. (Béké goyave = Béké mulâtre).

     

    Actuellement le Béké ne se mélange pas à la population antillaise. Si l’un d’entre eux à le malheur de se marier avec un antillais il est de suite déshérité et banni du groupe car ils souhaitent garder la pureté du sang (Sang blanc). Même le blanc de métropole appelé métro ou zoreil (à cause de leurs grosses oreilles – et leur difficulté à comprendre la langue) à aussi des difficultés avec le Béké (ils ont le sang mais pas la même mentalité). 

     

     Une nouvelle génération Antillaise

    L’antillais avait une grande estime pour le blanc, d’ailleurs quand celui-ci venait aux Antilles il était accueillit comme un prince. Maintenant, ce que nous renvoient les médias via la TV (relation négative blanc noirs) n’arrange pas les choses. Cela a plutôt servi à une prise de conscience latente "du noir et des ses capacités" qui fait surface comme un cri de solidarité  aux moments dit d’injustices.  

    Cette nouvelle génération antillaise qui de plus en plus métissée (blanc) tant à revendiquer ses origines africaines et  sa Créolité. Les Antillais d’aujourd’hui revendiquent ardemment leur région (sont avant tout antillais que français) et s’assimilent de plus en plus au peuple noir (africain) car l’histoire de l’esclavage est tout ce qui nous lie à elle.

     

     


    1 commentaire
  • Basse pointe est une commune de la côte nord atlantique de la Martinique située sur le versant de la Montagne Pelée. Le nom Basse Pointe vient de la situation géographique du bourg qui surplombe une pointe rocheuse peu élevée. Cette commune vit de la culture des bananes et de l'ananas... Ils est possible de visiter les Habitations Pécoul et Leyritz qui font rejaillir l'histoire... Car cette petite commune fut aussi marquée par elle...

    C'était en Février 1974, dans un champs d'ananas pas loin de la commune de Basse pointe, sur l'habitation Chalvet, des ouvriers agricoles étaient entrain de manifester, demandent au béké d'augmenter les journées de Banane... ça fait 3 jours déjà qu'ils revendiquaient faute de compromis. Alors ils décidèrent de lutter jusqu'à obtenir se qu'ils méritent. Les esprits s'échauffèrent, tandis que le peuple demandait de subvenir aux besoins de leurs familles ...
    Cette réalité agaça le colon, qui préféra rester caché. Pour ne pas négocier il appela les policiers, mais ces derniers constitués de noir refusèrent . Face à ce refus, il envoya donc "les mitraillettes" qui ont acceptées la mission et commencèrent à tirer à balle réelle. Les ouvriers s'éparpillèrent pour se cacher, mais deux d'entre eux furent touchés : Hilmany (tué sur l'habitation Chalvet et Marie-Louise dans la commune voisine: au Lorrain.

    C'était bien le 14 février 1974 qu'ils ont tués des malheureux qui revendiquaient pour manger...
    Alors, rappelons nous de cette date, où la dignité des ouvriers à été bafouée...
    Nous croyons un jour que l'histoire leur redonnera leur dignité...

    C'est par ces paroles que Kolo BARST nous fait revive ce moment dramatique avec cette composition assez originale.
    Titre du morceau : février 74
    Auteur compositeur : Kolo BARST

    NB: la morceau est en créole...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique